Mairie > Projet de revitalisation > Actions en cours : Où en est-on ? > Mise en place d'un dispositif d'amélioration de l'habitat (OPAH) • Commune de Largentière - Ardèche

Mise en place d'un dispositif d'amélioration de l'habitat (OPAH)

Grâce au projet de « revitalisation du centre-bourg et de développement du territoire intercommunal » mené conjointement par la communauté de communes du Val de Ligne et la commune de Largentière, l’ANAH (Agence Nationale pour l’Habitat) est prête à s’engager aux côtés de ces collectivités pour aider à la rénovation de l’habitat privé en apportant près de 2 millions d’euros de subventions pour mener une OPAH*. Celle-ci fait aussi suite au PLH (Programme Local de l’Habitat) du Val de Ligne qui prévoit une telle action dans sa politique intercommunale consacrée à l’habitat. Une opportunité à saisir pour donner au centre-bourg et à son bassin de vie une nouvelle dynamique.

Une OPAH*, c’est quoi ?

Une OPAH (Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat) est un dispositif d’aide qui s’adresse aux propriétaires privés, afin de les inciter à réaliser des travaux pour rendre les logements plus confortables et sains. Pour cela, des aides financières directes sont apportées, mais aussi un accompagnement pour évaluer les besoins de travaux, monter les dossiers de subvention et accompagner les propriétaires tout au long de leur démarche. Les résidences potentiellement concernées par l’OPAH doivent être des résidences principales, qu’elles soient occupées par leur propriétaire ou mises en location. Cependant, les logements vacants peuvent aussi entrer dans le dispositif à condition d’être occupés en tant que résidence principale à la fin des travaux.

Un sacré coup de pouce pour le territoire

Faire des travaux sur l’habitat privé permet d’améliorer les conditions de vie des habitants et de valoriser le patrimoine immobilier et architectural. Or, rendre le bourg plus attractif est primordial pour éviter l’étalement urbain dans la campagne et la désertification du centre-ville. Le but est aussi de renforcer la dynamique commerciale en attirant de nouveaux habitants et en offrant un cadre de vie attrayant. Ce qui est aussi bon pour l’image du territoire auprès de ses visiteurs. Quant aux travaux menés, ils viennent soutenir l’activité des artisans locaux. La réussite d’une OPAH implique une mobilisation de tous, acteurs privés et publics, afin d’engendrer un processus de changement très positif.

Une action à deux échelles

La force de l’OPAH projetée par le Val de Ligne, aux côtés de Largentière, est qu’elle prévoit d’agir de façon complémentaire à deux échelles différentes : d’abord sur un périmètre qui englobe les 11 communes du Val de Ligne, avec des aides adaptées aux besoins spécifiques des villages ; puis un périmètre d’action renforcée sur le centre ancien de Largentière, qui permet de répondre à des difficultés plus aigües et demande à mobiliser et concentrer des moyens particuliers.

Une enquête de terrain pour identifier les besoins

Pour identifier ces besoins et évaluer le volontariat potentiel des propriétaires, une étude de terrain a été menée. La première étape fut d’effectuer un diagnostic global en collectant des données socio-économiques et en évaluant l’état du bâti sur le terrain. Ensuite, des entretiens ont eu lieu auprès d’acteurs de l’immobilier et de l’habitat, suivis d’une enquête réalisée auprès de propriétaires privés par le biais de questionnaires. La deuxième étape a permis d’approfondir l’enquête : des tests sur des immeubles existants ont été faits pour évaluer les réels besoins d’aide. Cela a permis de définir une stratégie d’intervention et de calibrer le dispositif pour qu’il réponde vraiment aux besoins.

Le constat d’une réelle nécessité d’aide

L’étude a ainsi permis de bien identifier les problématiques à traiter : de nombreux propriétaires ont des revenus modestes et ont besoin d’aide pour réhabiliter des logements souvent dégradés et anciens. L’enjeu est aussi d’améliorer les performances énergétiques des logements, ce qui aiderait aussi à lutter contre la précarité énergétique des habitants les plus modestes. Il y a aussi une nécessité d’adaptation des logements au handicap ou à la perte d’autonomie des personnes.  Enfin, un grand nombre de logements sont inoccupés, auxquels il faudrait redonner vie, surtout en centre-bourg, en créant notamment une offre locative nouvelle. Très vite, l’enquête a confirmé qu’un grand nombre de propriétaires occupants et bailleurs sont intéressés par la mise en place d’une OPAH, tandis que les priorités de travaux à financer ont pu être définies. Un véritable guide pour l’action publique, permettant de calibrer le dispositif d’aide avec des objectifs précis et une estimation des moyens à mobiliser.

Et maintenant ?

Les résultats de l’étude menée sur l’habitat ont donc permis de définir une feuille de route pour l’OPAH, mais celle-ci doit encore être validée politiquement par les deux collectivités porteuses. En outre, les réflexions se poursuivent sur la manière de mener le projet de revitalisation le plus efficacement possible, impliquant des négociations avec les partenaires du projet. À suivre…

Ce qu’il faut retenir :

L’OPAH est un système incitatif pour rénover l’habitat privé qui apporte un soutien financier significatif en complément des aides existantes (ex : éco-prêt, crédit d’impôts, etc.). Le dispositif de l’OPAH est aussi prévu pour proposer un service d’accompagnement aux personnes souhaitant faire des travaux sur les zones concernées, en les conseillant et en les accompagnant tout au long des travaux à réaliser et les différentes façons de les financer.

Avec le soutien de :